La femme battue

Je ne comprends pas.

Je ne veux pas te juger, mais je ne comprends pas.

Je n’arrive pas à comprendre comment tu peux rester.

Je ne comprends pas comment tu peux continuer à l’aimer.

Je ne comprends pas comment un homme peut te dire qu’il t’aime alors qu’il te fait autant de mal.

Je ne comprends pas pourquoi tu ne réalises pas à quel point tu es précieuse et importante et que personne ne devrait te traiter ainsi.

Je ne comprends pas.

 

J’ai composé ceci en passant à toi et à ce que tu vis.

La femme battue:

 

 

Jessie Blog
jessieblog@live.ca
Suivez La Petite Haïti sur: Facebook

Le suicide

999343_546975875338221_248366214_n 

Encore d’actualité, le suicide est un problème très grave. J’ai écrit une partie de ce texte en mars 2012, mais j’avais envie de vous le repartager avec quelques petits changements. Une personne proche de moi  a tenté de s’enlever la vie  très récemment et je ne peux m’empêcher de penser à cette douleur intérieure qui peut pousser quelqu’un à commettre un tel acte.

 Il y a quelques années de cela,  j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pour une jeune fille que je ne connaissais pas. Alors que je naviguais sur Facebook, je suis tombée sur un groupe fait en sa mémoire. Elle: Haïtienne, jeune, belle comme tout. Souffrante d’une profonde dépression secrète, elle avait décidé de s’enlever la vie. Elle laissait derrière elle parents, frères, sœurs et amis attristés, atterrés, déchirés par son geste incompréhensible. En lisant les témoignages de sa famille et de ses amis et en regardant les photos et la vidéo publiées dans le groupe, je n’ai su retenir mes larmes. Triste, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi. Ses proches la décrivaient comme étant une belle jeune fille, drôle et souriante qui remplissait leurs vies de bonheur et de joie. Je ne la connaissais pas, mais sa mort m’affectait et me troublait. Irrationnellement, je me sentais coupable. Je regrettais de ne pas l’avoir connue et de n’avoir pu rien faire pour l’aider. Elle était si jolie, si jeune pourquoi vouloir mourir alors que sa vie vient tout juste de commencer.

(Des années plus tard, j’ai appris de quelqu’un qu’elle s’est suicidée à cause d’un garçon. Quel dommage. Quel dommage.)

Les histoires de suicide se suivent et se multiplient. Que faire pour arrêter ce fléau? J’ai dans  ma liste d’amis Facebook un jeune homme qui s’est suicidé il y a 3 ans de cela. Sa page est encore ouverte et régulièrement ses amis et sa famille lui écrivent des petits mots d’amour sur son mur. Nous sommes devenus amis Facebook une semaine avant qu’il passe à l’acte. Quand j’ai appris sa disparition j’étais dévastée. Mais pourquoi Seigneur? Il semblait si bien, si heureux.

Le suicide est un sujet tellement tabou dans la communauté Haïtienne. Nos parents et grands-parents ne connaissaient pas ou très peu ce phénomène en Haïti. Ils comprennent très mal comment des gens qui vivent dans des pays aussi riches, des gens qui ne connaissent pas la "vraie misère" peuvent en arriver là. Alors que ceux qui sont dans la détresse se battent à chaque jour pour vivre ou pour survivre.  Ils ne saisissent pas bien comment un jeune né ici peut souffrir d’une dépression alors qu’il ne manque pratiquement de rien.  Connaissant bien la mentalité Haïtienne parfois trop fermée, je n’arrive pas à m’imaginer comment un jeune haïtien suicidaire pourrait arriver à parler ouvertement à ses parents de ses bobos intérieurs.  Je crois que plusieurs parents Haïtiens (et autres) banalisent les problèmes de leurs enfants. Selon moi il n’y a rien de pire qu’un enfant incapable de communiquer ses peines à ses parents par peur d’être jugé ou de ne pas être pris au sérieux. D’un autre côté,  suicidaires ou pas je remarque que plusieurs jeunes Haïtien(ne)s ne sont pas capables de verbaliser leurs chagrins, frustrations et douleurs. Lorsque confrontés, ils se frustrent ou s’emportent. Ils se renferment encore plus, gardant pour eux ce qui ne va pas bien. Bien souvent en voyant leurs comportements/actions/sautes d’humeur les parents les réprimandes, ce qui  n’aide pas du tout la situation.  Il y a un problème de communication. L’un n’est pas capable de parler de ses maux et l’autre n’est pas capable de percevoir la détresse de l’autre ou encore de tout simplement l’écouter.

Il n’y a rien de plus douleur que de perdre un ami ou un proche et surtout quand l’ami ou le proche s’est suicidé. Le signes ne sont pas toujours évidents, les gens sont souvent excellent à bien camoufler leurs douleurs.

Quelques statistiques :

-Le nombre et le taux de suicide demeurent supérieurs chez les hommes comparativement à ceux des femmes. En 2011, le nombre de décès par suicide était de 852 chez les hommes et de 253 chez les femmes.

-Chez les hommes, pour la période de 2009 à 2011, le taux le plus élevé se retrouvait chez les 35-49 ans et le plus bas chez les adolescents (15-19 ans). Chez les femmes, le taux le plus élevé s’observait chez les 50-64 ans et le plus bas chez les adolescentes et les femmes de 65 ans et plus.

(Source : Institut National De Santé Publique Du Québec Rapport : La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2011 MISE À JOUR 2014 http://bit.ly/R18C9H )

Besoin de parler? Besoin d’aide? Ne tardez pas. N’hésitez pas à contacter :

-Association québécoise de prévention du suicide (AQPS ):

1-866-227-3553
http://www.aqps.info/

-Tel Jeunes:
1-800-263-2266
http://teljeunes.com/informe-toi/suicide

-Suicide Action Montréal :
514-723-4000
http://www.suicideactionmontreal.org/

Tu  es tellement précieux(euse), tellement important(e).

Jessie blog
jessieblog@live.ca
Suivez la Petite Haïti sur Facebook

Haïti à travers mes yeux (1re partie) de Merlyne

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter le premier billet de deux, de Merlyne, une nouvelle blogueuse invitée. Elle est de passage sur La petite Haïti pour nous parler de son tout premier voyage en Haïti.

Montréalaise d’origine haïtienne, Merlyne, travaille comme adjointe administrative dans un bureau d’assurance. Femme aux multiples passions, elle est passionnée par le septième art, la littérature et les voyages. Un jour, elle rêve de visiter des pays de l’Asie tels que la Corée du Sud, Singapour et l’île de Bali. Parmi toutes les choses qu’elle aime, elle dit aimer par dessus tout, les bons plats de sa mère chérie qui (selon elle :) ) est la meilleure cuisinière au monde.

100_0603

© Tous droits réservés.

En octobre 2013, j’ai été en Haïti pour la première fois et ce, toute seule. À prime abord, cette décision semble avoir été prise sur un coup de tête, car j’ai réservé seulement trois semaines avant mon départ, mais à bien y penser, plusieurs facteurs ont influencé ma décision de partir en Haïti. Premièrement : mes origines. Il fallait que je retourne à mes racines; pour voir de mes propres yeux ce qu’est Haïti, non pas à travers les yeux de mes parents qui sont au Québec depuis 35 ans. Non pas à travers les yeux de l’un qui ne fait que le chérir et de l’autre qui ne fait que le craindre. Ni à travers les souvenirs d’une collègue de travail québécoise de souche qui, il y a trente ans de cela, avait fait son voyage de noce en Haïti et qui m’apportait des coupures de journaux au sujet de la Perle pratiquement à chaque semaine.

IMG_4629

© Tous droits réservés.

Puisque je voulais que l’expérience se passe sans anicroche, j’ai pris soin de me préparer tel un athlète avant les Jeux olympiques. J’ai fait des recherches sur les forfaits qu’offrait Air Transat; j’ai lu des témoignages de gens qui sont allés en Haïti; j’ai lu une vingtaine d’articles en lien avec Haïti et je me suis renseignée sur les différentes activités à faire là-bas. J’ai même écrit aux organisateurs (d’ailleurs l’un d’eux m’a mentionné que j’étais la première à prendre ce genre d’initiative). Je voulais être prête, mais j’avais un léger handicap: mon créole. Malgré le fait que je comprenais lorsque ma mère s’adressait à moi en créole, j’avais tendance à lui répondre en français. En faisant des recherches, je suis tombée sur le billet «Forfaits vacances en Haïti d’Air Transat» écrit par Arcelle Apollon sur La petite Haïti. J’ai découvert que Mme. Apollon était la présidente du KEPKAA (Komite entènasyonal pou Pwomosyon kreyól ak Alfabetizasyon), une librairie communautaire qui a pour objectif de promouvoir la diffusion des littératures créoles, afro-caribéennes et afro-américaines. J’ai appris que KEPKAA offrait des cours de créole et qu’il allait y avoir des cours la semaine suivante. Je me suis dit que c’était un signe, alors je me suis inscrite au cours avec beaucoup d’enthousiasme. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que la grammaire, l’orthographe et tout le b.a.-ba du créole n’était pas aussi facile cela. Les voyelles et les consonnes sont différentes, les mots se doivent d’être prononcés d’une manière spécifique, il y a des verbes irréguliers et plusieurs autres règles. Ce fut un réapprentissage complet de A à Z. À la fin, j’en suis sortie avec un peu plus de confiance en moi.

À suivre…

Merlyne

Peace & Love

Poutine Haïtienne

Saviez-vous que vous pouvez manger une poutine au griot? Oui, oui, une poutine au griot!

Image

Où: Resto Griyo 1575 rue Fleury est. Montréal H2C 1S7
Combien: 8.50 $
Pour voir le menu: http://www.griyo.ca/pages/menu.html
Pour suivre le Resto Griyo sur Facebook, Twitter et Instagram.

Jessie blog
jessieblog@live.ca
Suivez la Petite Haïti sur Facebook: http://www.facebook.com/lapetitehaiti

Artistes Chrétiens

Quand rien ne va plus; quand j’ai besoin de me remettre les idées en place; quand j’ai besoin d’oublier; quand j’ai besoin de pardonner ou d’être pardonnée, quand j’ai besoin d’amour; quand j’ai besoin de paix; quand j’ai besoin d’être consolée, réconfortée, encouragée; quand j’ai besoin d’être reconnaissante ou quand j’ai tout simplement besoin de Dieu, il n’y a rien que j’aime plus que d’écouter du gospel ou des chants de louanges.

Le Gospel et les chants de louange sont pour moi plus que de la musique, ils me donnent de l’inspiration et de l’espoir, ils me remplissent de foi, ils me font croire en l’impossible, ils me touchent et me guérissent. Ils me permettent de m’abandonner complètement à Dieu, de m’avancer au pied de sa croix et de lui parler.

Parce qu’il y a plusieurs jeunes artistes chrétiens extraordinaires dans la communauté Haïtienne, je voulais prendre le temps de vous en faire découvrir quelques-uns. En plus d’être talentueux, passionnés et dévoués, ces jeunes artistes ont tous comme objectif de servir Dieu à travers leur musique.

XPERIENCE MUSIC GROUP 

401862_544917492234894_1660540654_n 598495_645518662174776_617152940_n 1463131_640174126042563_1457639304_n

Ce décrivant comme étant une compagnie chrétienne de production d’événements, le groupe de musique Xperience est formé de jeunes remarquables et dynamiques qui ont une vraie passion pour Jésus et la musique évangélique. Ils ont pour mission de communiquer à travers leur musique et leurs différents ministères l’Évangile de Jésus-Christ aux non-croyants, mais aussi d’encourager et édifier les chrétiens. Pour avoir eu la chance de les voir sur scène laissez-moi vous dire qu’ils sont beaux, ils bons, ils sont professionnels, ils sont énergisants, ils sont un vrai délice musical.

JEAN JEAN

Jean+Jean+Live++Montral
Les mots me manquent pour vous dire à quel point j’apprécie le talent et la musique de Jean Jean. Si vous avez un album gospel live à vous procurer cette année je vous dirais sans hésiter une seule seconde d’acheter celui de Jean Jean. Sa voix va vous toucher, vous transporter, vous transformer. Vous savez cette sensation si belle, si bonne, si douce que l’on ressent lorsqu’on entend la belle voix d’une personne pour la toute première fois et que la fusion de votre état d’âme avec sa voix, ses paroles et sa musique forment une harmonie si parfaite qu’elle vient vous toucher droit au cœur? Et bien c’est exactement ainsi que je me suis sentie la toute première fois que j’ai entendu une chanson de Jean Jean.

https://itunes.apple.com/ca/album/live-a-montreal/id691524410

EVAYMÉ

9253
Doté d’une voix e.x.t.r.a.o.r.d.i.n.a.i.r.e, Evaymé est l’un de mes chanteurs chrétiens p.r.é.f.é.r.é.s.

https://itunes.apple.com/ca/album/eclaire-dirige/id529161194

DÉBORAH DAMUS

9300
Ce décrivant comment étant une artiste qui désire partager un message d’encouragement et d’espoir à travers sa musique, Déborah Damus à une voix magnifique et angélique. Son album est un ‘’must’’, sa voix et ses textes sont si puissants qu’ils sauront vous charmer, mais surtout vous toucher.

http://www.deborahdamus.com/

EMMANUEL HYPPOLITE ALIAS LE SLAMISTE

a1090681136_10
Slameur, acteur, pasteur, pour moi Emmanuel Hyppolite est la définition même d’une personne talentueuse. Il est un artiste à découvrir absolument. Sa manière de manier les mots est incroyable. Ses messages et slams sont si percutants qu’ils vous feront réfléchir. Sur scène il est tout simplement brillant.

http://www.emmanuelhyppolite.com

GABRIEL

46191_440796625980315_1201034759_n

Gabriel est un jeune homme à la voix d’or. Ses chansons vont vous donner le goût de louer le Seigneur en dansant.

https://itunes.apple.com/ca/album/prelude-ep/id580355260

 

Jessie Blog
jessieblog@live.ca
Suivez La Petite Haïti sur: Facebook

 

Cher M. Éric Duhaime

Cher M. Éric Duhaime,

Cette lettre n’est pas une lettre d’insultes, ni d’injures, cette lettre est une invitation à une ouverture d’esprit et une réflexion sur vos propos qui m’ont beaucoup blessée.

Je me devais de vous écrire ces quelques lignes parce que vos propos sont d’une ignorance si grande, si grave et si offensante.

Affirmer que les gens de la communauté noire ont très peu d’héros c’est de piétiner et de cracher sur l’histoire. C’est d’ignorer, rejeter et mépriser tous ces Nelson Mandela, ces Martin Luther King, ces W.E.B Dubois, ces Dany Laferrière, ces Oliver Jones. Affirmer que les gens de la communauté noire ont très peu d’héros c’est d’oublier le travail et les efforts si précieux de Garrett Morgan, qui à inventer les feux de circulations; de Charles Drew, un pionnier dans le domaine de la transfusion sanguine, qui a aidé à sauver des millions de vies; de Daniel Hale Williams, un brillant pionnier dans le domaine médicale, le premier chirurgien cardiaque Afro-américain, le premier à réussir une opération à cœur ouverte. C’est d’oublier le travail et les efforts SI précieux de plusieurs hommes et femmes noirs qui ont changés le monde. Affirmer que les gens de la communauté noire ont très peu d’héros c’est de nier l’existence et le talent de Ray, de Nat ou de Louis. C’est de banaliser l’impact des actions et des mots de femmes comme Rosa Parks, Maya Angelo, Mary McLeod Bethune et Angela Davis.

Affirmer que les gens de la communauté noire ont très peu d’héros c’est ignorant, insultant, dévalorisant et blessant. C’est de dire à nos jeunes qu’il y a bien peu d’espoir pour eux. C’est de dire à une communauté entière que son peuple ne vaut pas grand-chose. Votre ignorance me tue cher Monsieur Duhaime parce que moi j’en vois beaucoup d’héros dans la communauté noire et ce dans les quatres coins du monde. Prête à vous aider à sortir de cette ignorance je peux vous envoyer une liste de noms, de liens et même de titres de bouquins. Je peux vous parler d’héros de la communauté noire ici même au Québec qui font un travail tellement extraordinaire que vous n’allez  pas en croire vos oreilles.

Monsieur Duhaime,  je vous invite à vous éduquer un peu plus sur la communauté noire  avant de lancer des propos aussi blessants et méprisants.

Jessie Blog

jessieblog@live.ca