Haïtiens Recherchés

Je suis follement jalouse d’une haïtienne que je ne connais pas. Je ne l’ai jamais vu, je n’ai aucune idée à quoi elle ressemble, mais chose certaine; je suis entièrement jalouse d’elle.

Presque à chaque matin et après-midi, je croise un jeune homme haïtien dans l’ascenseur du building où je travaille. Il n’est pas le plus beau sur terre, mais il a un de ces charmes. Jovial comme tout, il prend toujours soin de saluer tout le monde à bord de l’ascenseur. Ses bonjours et ses sourires sont contagieux. Bien qu’il ne faut jamais se fier aux apparences, il me semble si heureux.  Parfois il fredonne des mélodies joyeuses d’autre fois il fait de petits pas de danses sur place. Les matins je me demande si c’est l’amour qu’il porte pour son travail qui le rend si joyeux. Les après-midis je me demande si c’est la fin d’une longue journée de travail qui le remplie de gaieté. Lorsque nous sommes seuls dans le lift, il me jase. Poliment il me demande comment je vais. Fasciné je lui répond: «très bien et vous?» Il ne connaît pas mon nom et je ne connais pas le sien.

Vendredi après-midi dernier, il rentre dans l’ascenseur téléphone cellulaire à l’oreille. Sans le vouloir j’écoute sa conversation. D’un ton amoureux il s’adresse à sa douce en créole. «Bonjour Chérie comment vas-tu ? Comment était ta journée ? Ah c’est bien. J’ai hâte de te voir chérie. Je quitte maintenant. On se voit bientôt. Ok, j’ai hâte. Je t’aime aussi amour. Bye, bye.»Sourire au lèvres, il ferme son téléphone, le met dans sa poche et commence tranquillement à jouer avec la bague qu’il porte fièrement dans son annulaire gauche.

Pour certains, cela peut paraître très banale, mais pour moi ce ne l’est pas. Je ne pouvais m’empêcher de sourire et d’être jalouse de cette fille que je ne connais pas. Sachez que ma jalousie n’est pas reliée à des sentiments que j’éprouve pour ce jeune homme. Non pas du tout. Il me fascine, mais c’est tout. Ma jalousie est un résultat de ces années de célibat qui traînent derrière moi. Heureuse pour celles qui ont su trouvées chausseurs à leurs pieds, je ne peux m’empêcher de les envier. Ces temps-ci, il est si difficile de se trouver un bon haïtien.

Il y a quelques jours de cela, j’ai visionné une vidéo sur la page Facebook d’une de mes copines. Cette vidéo portait sur l’état de «célibat quasi perpétuel» dont se retrouve plusieurs jeunes, belles et intelligentes femmes noires aux États-Unis. On pouvait y voir quatre magnifiques femmes noires éduquées dans leur début trentaine qui discutaient de leur incapacité de trouver  «a good black man». L’une d’entre-elles comparaissait sa situation avec ses amies blanches qui bien souvent étaient déjà mariées vers l’age 24 ans et avaient des enfants pour l’age de 27 ans. Une autre parlait de sa décision de baisser ses attentes afin d’augmenter ses chances de trouver quelqu’un.

Bien que cette vidéo a été tournée aux États-Unis, en la visionnant je ne pouvais m’empêcher de voir certaines similitudes avec ce qui se passe ici à Montréal. Je pense à moi, mais je pense aussi à toutes ces haïtiennes de Montréal qui se retrouvent bien malgré elles dans la même situation. Je me demande sérieusement où se trouvent ces bons haïtiens. Sont-ils tous en voie d’extinction? Ou encore se retrouvent-ils tous sur une île desserte quelque part à attendre que l’ont les retrouves. Si c’est le cas, qui m’aime me suive, car je pars à l’aventure. Comme mentionné dans la vidéo si on éliminait ceux qui sont mariés, en couple interracial, ceux qui sont en prison, ceux qui n’ont pas fini leurs études secondaires, il n’y en reste bien peu.

Certains disent de nous, les haïtiennes, que nos sommes trop exigeantes et compliquées. Nos standards sont élevés et nous sommes difficiles. C’est évident que de vouloir un beau grand prince charmant, riche, éduqué, qui a  une bonne famille, une belle voiture, un bon travail, de belles dents, de beaux cheveux et j’en passe est complètement irrationnel. J’avoue que certaines de nos attentes sont exagérées, mais en même temps qui veut d’un méchant, d’un menteur, d’un infidèle, d’un homme qui ne plaira pas à notre famille ou à nos amis, d’un homme qui n’a pas les mêmes valeurs que nous ou encore qui à six enfants de six mères différentes? Peut-être bien que toutes nos exigences jouent contre nous. Peut-être devrons nous faire comme l’américaine et baisser nos standards.

Unmarried Black Women: http://www.youtube.com/watch?v=bJGMAhWpDF8

Jessie

jessieblog@live.ca