Qu’est-ce qu’un vrai H de Montréal?

Quelque chose que j’ai très vite compris c’est que les Haïtiens de Montréal ou nés à Montréal, sont très différents des autres Haïtiens qui vivent soit à l’extérieur de Montréal ou à l’extérieur du Canada. L’Haïtien montréalais typique communément appelé le H est dramatiquement différent de l’Haïtien-Américain ou de l’Haïtien qui sort d’Haïti communément appelé le Fek vini. J’espère que je ne n’insulte personne, Fek vini peut bien sûr avoir une connotation péjorative, mais dans ce contexte je veux simplement faire une certaine distinction. Dans sa façon de parler et d’agir l’Haïtien de Montréal se démarque et crée sa propre catégorie et même des fois des sous-catégories.

Les Haïtiens de la rive-sud (ou des banlieues) de Montréal peuvent certaines fois être identifiés parmi ceux de Montréal. Certains disent qu’ils ne parlent pas autant créole que les Haïtiens de Montréal, d’autre disent qu’ils sont plutôt snob, d’autres comprennent pas exactement pourquoi ils s’habitent dans des troues perdus. Même si beaucoup d’entre eux travaillent au Centre-Ville et ne s’aventure qu’au besoin dans le nord de la ville, il n’a pas de véritable guerre entre les Haïtiens qui vivent dans les troues et ceux de Montréal.

Les Haïtiens-Américains peuvent être confondus avec les Africains-Américains. Pour  la plupart, ils ne parlent pas français et souvent anglicise leur créole. De par leurs façon de parler ou de s’habiller, ils sont faciles à identifier dans les rue de Montréal lorsqu’ils sont en visitent chez leurs familles au Québec. Une fois de retour aux États-Unis il est parfois difficile de deviner leurs origines. Ils passent facilement pour des Africains ou même des Jamaïcains.

Les Haïtiens qui sortent directement d’Haïti sont souvent les proies de moqueries des Haïtiens de Montréal, mais il faut absolument mentionner  que c’est simplement pour rire. Rien de trop méchant.  Appeler quelqu’un Fek Fini est simplement pour rire.

Si on se fie au dire dans la rue les H montréalais parlent tous avec un slang du genre : « Yoooo laaaaaaa tu donnes koi laaaa. Moi je donne rienn mem j’ai même pas de cob man. En plus j’ai un seul domi dans mes yeux la g c’est f top».  Ils parlent fort, traînent leurs mots, ajoutent des mots en créole dans leur vocabulaire français, ont une drôle de démarche etc. Pour tous ceux qui croient réellement que c’est ça être un Haïtien à Montréal, sont dans l’ignorance totale. Oui j’en conviens que plusieurs sont comme ça, mais se baser sur l’agissement d’une petite partie de la population pour définir la totalité d’une population est complètement ridicule. Le fait de ne pas dire «la» à la fin de chaque phrase ou de ne pas parler fran-ole (oui je viens d’inventer un mot), ne fait pas de moi une fausse Haïtienne, ni une snob qui renie quoi que se soit NI une assimilée.

Je me sens souvent vexer lorsque j’entends quelqu’un dire : comment cela est possible que tu sois haïtienne et que tu aimes ceci ou que tu parles comme ça ou que tu écoutes cela. L’Haïtien de Montréal est différent des autres Haïtiens, mais il est aussi divers, qu’il est unique. Je ne crois pas qu’il peut être définit concrètement, à part si on s’attarde à certaines caractéristiques qui font d’eux des Haïtiens typiques. Je trouve dommage que beaucoup de gens ont des idées toutes faites à notre sujets, qu’ils croient nous connaître de part ce qu’ils ont vu ou entendu. Je crois qu’il est temps de nous faire connaître vraiment.

Qu’aimeriez-vous faire connaître de vous, Haïtiens, Haïtiennes de Montréal?

 

Jessie

jessieblog@live.ca

Advertisements

10 thoughts on “Qu’est-ce qu’un vrai H de Montréal?

  1. Je sais exactement de quoi tu parles, Jessie. Je suis d’origine latino-américaine et recevais (et reçois) des commentaires tout-à-fait ridicules dans le genre « Mais t’aimes le rock!? Bin là t’es pas une vrai latina! »

    On dirait que parfois (et j’ai bien dit PARFOIS) les gens aiment bien rester dans des stéréotypes. Ça les sécurise je crois.

    Je n’ai plus peur de dire que les latinos jouent du très bon rock et que c’est par talent et non pas par désir d’assimilation à la culture nord-américaine.

    Pour ce qui est des Haïtiens, eh bien je suis tout à fait d’accord avec toi. Et je crois que c’est normal d’avoir différents styles d’être dans une même culture, si on était tous pareils ce serait pas mal ennuyant…

    J’aime bien ta façon d’écrire et m’abonne à ton blog.

    1. Merci Javimsan pour ton commentaire et merci de t’abonner à mon blog.

      Tu as bien raison lorsque tu dis que les gens aiment bien rester dans des stéréotypes, mais moi ce que je me demande c’est qui a définit le Latino-américain type ou encore l’Haïtien type. Ça veut dire quoi exactement d’être un vrai ou faux Haïtien, Espagnol, Africain etc ? (Ici, je ne parle pas d’origine ou de pays natal etc.…, mais plutôt des goûts de la personne, de son style, de ses intérêts et même de son orientation).

      Lors d’un voyage au Mexique, plusieurs jeunes dans les rues m’approchaient en me disant Yo, Yo what’s up ? You chilling Yo ? Ils pensaient certainement j’étais Américaine, mais quand même j’étais triste de voir que c’est ça l’image qu’ils avaient des noirs américain. Comme si nous sortions tous d’un clip de rap.

  2. Je suis d’accord avec tes propos! Ca m’a fait rire mais apres je me suis rendue compte que pour nous, haitiennes, pouvons faire la difference mais que les autres, quebecois, nous mettent tous dans le meme sac!

  3. enfant, j’avais aussi le « la » facile, mais en grandissant, je trouve que mon francais s’est beaucoup québecisé. De toute facon, je trouve en général, les haitiens manquent un peu d’un sens de communauté. C’est souvent chacun pour soi et je trouve ca vraiment désolant surtout compte tenu de notre histoire. J’ai toujours trouvé difficile d’aborder des haitiens parce que souvent, ils jugent trop facilement les autres (et oui, je généralise, mais il y a bien sur des exceptions), du style « quoi tu parles pas créole, tu te penses trop bonne pour parler la langue de tes parents? » ou encore « What’s up avec cette fille snob, elle se prend pour qui? » ou encore « Quoi, tu t’aimes pas le riz djon djon, t’es pas une vraie haitienne ». Et puis lorsqu’on essaie de rassembler la communauté, c’est souvent difficile, les gens participent pas, etc.

    Je m’éloigne du sujet, tout ca pour dire: en absence d’un sentiment de communauté, c’est assez difficile de définir la commaunauté haitienne, de trouver un mot pour la décrire. C’est dommage, mais a part la nourriture, je vois pas trop ce qui nous unis.

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. Je crois également que c’est vrai que plusieurs d’Haïtiens jugent beaucoup les autres, mais je ne crois pas qu’il est si difficile que cela de définir la communauté Haïtienne. Je crois que malgré nos défauts, nous avons pleins de bons points qui doivent être soulignés (dont la raison de mon blogue). Mais je suis consciente qu’il y a pleins de choses qu’on se doit d’améliorer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s