L’esclavage

Peut-être vais-je vous paraître un peu dramatique, mais quand le temps était venu de parler de l’esclavage dans mes cours d’histoire au secondaire, je voulais mourir. Je voulais me faire toute petite, rentrer dans un trou et y sortir seulement une fois le chapitre terminé. Je DÉTESTAIS parler de l’esclavage. Non pas, parce que je voulais nier le passé ou encore parce que j’avais honte de mes ancêtres, absolument pas. Je détestais parler de l’esclavage à cause de l’attention soudaine que les élèves ainsi que les professeurs m’apportaient. Dans la plupart de mes cours, j’ai souvent été la seule personne de couleur et lorsque le chapitre sur l’esclavage débutait, je ne pouvais m’empêcher de me sentir visée. Je me sentais visée par une vague de fausse sympathie, où les gens me regardaient avec pitié et compassion, comme si moi-même j’avais été esclave. Cela m’embêtait grandement lorsque les professeurs me questionnaient ou encore me citaient en exemple, portant ainsi toute l’attention de la classe sur moi. C’est durant ces moments là, alors qu’une ribambelle de yeux était rivée sur moi que je priais tous les saints pour une délivrance, un miracle ou que la terre affamée s’ouvre afin de m’engloutir. J’avais chaud, j’avais froid, j’étais embarrassée et très mal à l’aise. Au milieu de tous les élèves j’avais l’impression de porter le lourd fardeau du temps de l’esclavage sur mes épaules. J’avais impression qu’ils s’attendaient de moi une quelconque réaction, montrant  ma peine et ma frustration face aux crimes que mes ancêtres avaient subis.

Comprenant très bien qu’il était important d’enseigner cette partie de l’histoire aux élèves, je ne pouvais tout de même pas m’empêcher d’être contrariée. Pour la plupart des élèves, l’esclavage était quelque chose des années lointaines, un chapitre de l’histoire, une injustice parmi tant d’autres, mais pas pour moi. Pour moi c’était et c’est encore bien plus que ça. Pour moi l’esclavage, est telle qu’une ancienne blessure ou une laide cicatrice qui ne guérira jamais. Je ne dis pas cela pour que vous me preniez pour une rancunière, qui est incapable de pardonner les erreurs humaines du passé. Je dis cela à cause des mauvaises répercussions que cette époque à encore sur mes aujourd’huis. Je dis cela pour tous les moments où je ne me sens pas la bienvenue dans mon propre pays natal. Je dis cela à cause du monsieur X qui m’a un jour dit en plein nez : «Toi, tu es noire, à ta place je n’aimerai pas ça» ou de madame Y qui m’a un jour traité de négresse (que je hais ce mot). Je dis cela et continuerai à le dire tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas trouvé un remède au racisme, cette maladie qui en 2010 affecte encore trop de gens. Pour moi l’esclavage est une épouvantable réalité qui a très souvent hanté mes nuits. Plus jeune, alors que j’entendais les histoires d’esclaves vendus et battus, j’étais fondamentalement traumatisée et apeurée. Je ne comprenais pas pourquoi ils nous s’en voulaient autant. Ces gens, mes gens étaient  sauvagement maltraités à cause de leur couleur de peau et je n’arrivais pas à trouver une explication logique, puisque c’est Dieu qui nous a fait ainsi. L’esclavage me perturbait tellement que j’en faisais des cauchemars la nuit. Souvent je rêvais que les Blancs se révoltent contre tous les Noirs du Québec et que nous retombions dans l’esclavage. Je rêvais que les forces de l’ordre débarquaient chez moi et qu’ils nous emportaient dans des camps où nous étions torturés.

C’était est avec profonde tristesse et rage que je regardais tous ces films sur l’esclaves. Le cœur gros, la gorge serrée, le ventre noué, je m’imaginais que c’était ma famille ainsi que mes amis qui étaient traités ainsi. Traités comme des terroristes, comme de meurtriers, comme des sauvages, alors que notre seule faute était de ne pas ressembler à ce qu’ils considéraient la norme.  L’esclavage est et restera un sujet qui me trouble énormément. Je ne pourrais jamais rester indifférente à la souffrance que ces gens, mes gens ont cruellement été victime, malgré tous ces années passées.

Jessie

jessieblog@live.ca

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s