Mr.Vibe

Si vous lisez mon blogue depuis un certain temps déjà, vous savez sans doute que je suis très célibataire en ce moment. Le mois dernier je célébrais mon 5ième anniversaire de célibat et à 26 ans, 4 mois et 2 jours, je peux vous dire en toute franchisse que l’heure est venue pour moi de me trouver un amoureux, un boo boo, un chéri doudou, un Mister man, un chocolate brother…! L’année passée, un peu découragée, j’avais décidé d’élargir mes horizons et d’essayer de nouvelles choses afin de rencontrer quelqu’un. Aussi cliché que cela peut être, j’avais décidé de tenter ma chance avec les rencontres en ligne. J’avais décidé être plus ouverte avec certains hommes qui m’abordaient dans la rue ainsi que de laisser mes idées préconçues et plusieurs de mes critères de côté pour faciliter mes chances de trouver un jeune homme. Cette aventure fut très courte et très peu concluante, mais j’en ai tiré plusieurs bonnes anecdotes que je souhaite partager avec vous.  Je vous invite donc à suivre mes aventures. Dernièrement j’ai écrit un billet sur une soirée Speed Dating dont j’avais participé, mais aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un jeune Africain Français, que j’ai nommé Mr. Vibe.

12 janvier 2010

De l’autre côté du lobby, Mr. Vibe, m’aperçoit du coin de l’œil et me suit du regard. Je sens son regard sur moi, mais je fais comme si de rien n’était, il était 10h02 am et j’étais déjà en retard. Mon patron, un homme un peu bizarre, insistait pour que je lui apporte son courrier tous les matins à 10h00 am tapant. Son courrier était dans la salle de courrier au sous-sol du building de 45 étages et étant au 22ième j’étais souvent prise dans l’embouteillage de la pause-café de 10h00. Alors que je passe à côté de lui, il se lève et essaye de me parler. La tête droite devant moi, je ne prends même pas le temps de m’arrêter ni de le regarder. Avec un air bête du matin, je continue ma course vers le casier postal. Quelques minutes plus tard, les mains pleines de dépliants publicitaires et de lettres, je repasse par le même chemin et aperçois Mr. Vibe debout à côté de la grande fenêtre, un air déterminé au visage. La tête toujours aussi droite et l’air toujours aussi bête je continue ma course vers les ascenseurs, quand tout à coup je l’entends me lancer des «excuses-moi» insistants. Un peu embêtée, je me retourne et je dis:

Jessie : OUI!?!

Mr.Vibe : Excuse-moi de te déranger, mais je t’ai vu tantôt et je veux absolument te parler.

Jessie : Je suis un peu pressée!!

Mr.Vibe : Ça ne va que prendre deux minutes. Je voulais savoir si tu étais au 12-34 le jour de l’An.

Jessie : Non désolé!! (Je commence à marcher)

Mr.Vibe : Attends! Humm-Humm ok! Je me suis trompé alors, mais serais-tu disponible pour aller prendre un café un de ces jours.

Jessie : Tu niaises? Je ne te connais même pas…

Mr.Vibe : Non je suis sérieux, on pourrait parler et apprendre à se connaître. Si tu ne veux pas aller prendre un café tout de suite on pourrait s’échanger nos numéros de téléphone. Qu’en dis-tu?

Jessie : Je ne donne pas mon numéro aux gens, mais tu peux toujours me donner le tien. (Sachant très bien que je n’allais pas l’appeler)

Mr.Vibe : Bien sûre! Je te donne ma carte. Mes coordonnées y sont.

Jessie : Merci.. hummm Mr. Vibe?

Mr.Vibe: Oui c’est ça et toi? Ton nom c’est?

Jessie : Jessie..

Mr.Vibe : Au plaisir.

Jessie : Yeah.. yeah..

Aussitôt qu’il s’en va je m’empresse d’embarquer dans l’ascenseur pour m’y réfugier. Sa carte d’affaire à la main je lis les informations qui y sont imprimées. Mr. Vibe Président et CEO de la compagnie… Montréal, Québec  514-…… www… Après d’avoir donné le courrier à mon patron, je retourne à mon bureau et je le cherche sur Google. Avant de continuer je dois d’abord vous décrire Mr. Vibe: Dans la vingtaine, il est très européen, il ressemble beaucoup à un Haïtien, il est très beau et très grand.  D’un style fresh, jeune et hip on dirait qu’il pourrait se retrouver sur la couverture du magazine Vibe (c’est donc pourquoi je le surnom Mr. Vibe). Habillé uniquement de grandes marques, il semble être un jeune entrepreneur riche et déterminé. Des lunettes très noires au visage, je n’ai pu voir ses yeux, mais je les imaginais bruns. Google me révèle bien des choses sur lui, mais peu convaincue de ses vrais motifs, je range sa carte dans mon portefeuille et je continue ma journée.

Arrivée chez-moi vers 5 pm, je me prépare à m’effondrer sur mon lit quand ma mère m’appelle pour me dire de regarder les nouvelles. Haïti, Haïti ne va pas bien. Plusieurs heures plus tard, les yeux toujours rivés devant mon téléviseur et mon ordinateur, je n’arrive pas à dormir intoxiquées par les images et les nouvelles sur Haïti. Alors que je divague et j’essaie de me changer les idées, je pense à Mr. Vibe et décide de le rajouter sur Facebook. À l’époque j’avais créé une page Facebook pour Haïti et comme le nombre d’abonnés étant rendu important je m’étais crée un compte Facebook portant le nom d’Haïti afin de pouvoir garder une certaine vie privée. Lors du tremblement de terre ma page fut bombardée de gens qui m’envoyaient des messages me demandant de l’aide pour retrouver leurs proches. Occupée avec ce compte Facebook je décidai donc d’ajouter Mr. Vibe sur ce compte bien qu’il n’y avait pas beaucoup d’information sur moi. Quelques minutes à peine après de lui avoir envoyé une demande d’ami il accepte. J’embarque sur le Facebook chat et on commence à discuter pendant plusieurs heures. Il me change les idées et me tient compagnie pendant les longues heures que je n’arrivais pas à dormir.

En quelques jours, je me lie d’amitié avec Mr. Vibe. On discute de longues heures au téléphone et on s’envoie de longs courriels sur Facebook. Tout se passe très vite et un dimanche il m’appelle pour m’inviter au salon de l’auto. Un peu nerveuse je l’attends où on s’était donné rendez-vous, des papillons dans le ventre. Imposant, par son attitude et son langage corporel, Mr. Vibe s’approche vers moi habillé comme une carte de mode masculin, des lunettes très noires au visage, un foulard trendy dans le cou, un chewing gomme à la bouche. Très européen, il me salue avec des vraies becs sur les joues et me dirige vers la billetterie où il insiste pour payer. Dans les différentes salles de montre, Mr. Vibe est comme un enfant dans un Sweet Factory. Il était dans son élément ou encore dans son bol grès, comme diraient les Haïtiens, il me parle de toutes ces voitures de luxes comme si c’était lui qui les avaient assemblées. Connaisseur, il me donne un tour guidé et commenté du salon de l’auto. Fascinée, je l’écoute. Il est beau et à ses côtés je ne «fit» pas tout à fait, mais je m’y plais. Affamé, après le tour, il m’invité à manger. Après une longue marche dans le Montréal souterrain, on se retrouve dans les restaurants du Centre Eaton. Il me parle des raisons de son célibat. Il me parle de toutes ces filles avec qui il était jadis et son besoin d’être avec une femme plus terre à terre. Il me parle de toutes ces filles trop matérialistes et me dit vouloir d’une  femme douce, simple et gentille avec qui il pourrait se lancer dans une belle et longue relation. Il me dit qu’il n’est célibataire que depuis deux mois, ce qui est pour moi un signal d’alarme, car deux mois versus moi qui était célibataire depuis 4 ans à l’époque, signifiait que nous n’étions pas nécessairement sur la même longue d’onde.

Après une longue discussion sur l’amour, l’argent, l’amitié et autre on se dirige vers le métro Bonaventure en passant par la place Ville Marie. Les magasins et les restaurants étaient déjà fermés, il n’y avait que nous deux et un garde sécurité qui faisait sa ronde. On discute musique, de zouk et de Kompas. Je lui demande s’il sait danser et il me dit oui. Je lui demande de me montrer et il me fait quelque pas de danse. Je ris un peu de lui et faussement vexé il me demande de lui montrer mes pas de danse. Je prends mon cellulaire dans ma poche, trouve un zouk dans ma liste de chanson, j’appuie sur play speaker et lui montre mes moves. Avec des faux-rires, il me prend par la taille et comme ça en plein milieu de la place Ville Marie on se met à danser maladroitement du Zouk pendant quelque instant. Au métro, on se sépare avec la promesse de se rappeler bientôt. Arrivée chez, moi je lui envoie un message le remerciant pour la journée, il me répond un à bientôt et je flotte sur un nuage, car malgré tout, c’est plaisant de se retrouver dans une telle situation après toutes ces années de célibat.

Une semaine sans nouvelle plus tard, je décide de lui envoyer un court message sur Facebook : Hey, comment vas-tu? Jessie. Les jours et les semaines passent et je n’ai plus de ses nouvelles. Il est encore en vie, car mes notifications sur Facebook, me narre sa vie. Je sais qu’il a vu mon message, car durant notre rendez-vous, il me vantait les mérites de son téléphone intelligent, me disant qu’il lisait tous ses courriels et ses messages Facebook sur son téléphone. Un mois plus tard, il m’appelle. Il me dit qu’il était hors du pays et qu’il était présentement en pause de 15 minutes de son cours du soir et voulait prendre de mes nouvelles. À peine le temps de lui dire que je vais bien, qu’il devait déjà me quitter. Il me promet qu’il va m’appeler à la fin de son cours et me dit au revoir. Les jours, les mois passent et je ne l’entends pas. Un jour je décide de le supprimer sur Facebook, il n’est visiblement pas intéressé et j’avais raison, car je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles. Déçue.. un peu.. mais je comprends que nous n’étions pas sur la même longueur d’onde. Il me répétait sans cesse qu’il voulait d’une femme simple, non matérialiste, alors que lui l’était. Il vivait une vie de jet set, il parlait sans cesse d’argent et d’avoir.. et moi je suis tout le contraire. Je ne «fitais» pas avec lui et malgré ses beaux yeux (que j’ai finalement vu en lui demandant d’enlever ses lunettes trop noires), je ne peux le pleurer parce qu’il n’était pas le bon.. J’apprécie l’expérience et mais comme diraient les douaniers américains : NEXT!.

Jessie Blog

jessieblog@live.ca

11 thoughts on “Mr.Vibe

  1. oh non, ca commençais bien cette petite histoire! mais comme tu le dis si bien, ca n’aurait pas voulu la peine de s’investir si vous n’étiez pas sur la même longueur d’onde… T’inquiètes jessie, il y en aura d’autres. Le bon, il est quelque part j’en doute pas.😉
    take care

  2. Super histoire Jessie j’étais embarquée et déçue pour toi à la fin, mais comme tu dis, pas le temps de le pleurer si vous n’étiez pas sur la même longueur d’ondes!

  3. oh c digne des plus belles histoire de disney sauf qu’a la fin le prince ne reste pas😄

    Pas grave si ça à pas marcher,je suis sur que l’aventure à du etre des plus enrichissante😄
    De plus une histoire comme celle-là ne s’oublie pas!
    Je suis sur que les jours ou mister vibe repense a tous les truc sensass qu’il a fait dans ça vie son expérience avec toi,doit en faire partie😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s