“…donnes-moi le couteau, chérie…”

Cette photo fait l'objet d'une licence © Tous droits réservés
Cette photo fait l’objet d’une licence © Tous droits réservés

Les haïtiens sont un peuple particulièrement créatif. Pas seulement pour leur art ou leur culture colorée – mais aussi pour leur farouche débrouillardise. Il me vient à l’esprit l’embargo de ‘94 – les véhicules alimentés au propane vu la pénurie d’essence sont un bel exemple de productivité face à l’adversité. Les diverses façons de réassigner et redéfinir l’usage d’un item sont une aptitude innée.

4 – Le nombre d’années depuis que mon épouse et moi sommes unis dans les liens du mariage.

9 – Le nombre d’années depuis qu’elle et moi nous fréquentons.

Le temps et l’expérience ayant joué leurs rôles respectifs, j’ai beaucoup appris en ce qui a trait à la place qu’occupe l’être aimé dans notre vie quotidienne.

Dans l’optique d’une relation de couple, je suis de ceux qui sont convaincus que vous pouvez passer 9 ou 79 années aux côtés d’une personne et il y aurait tout de même des surprises étonnantes qui vous seraient réservées à son sujet.

En tant que nouveau marié, j’ai appris cela de façon toute particulière. Il s’agit en effet d’un bref, mais mémorable épisode que j’ai souvent partagé et qu’il me fait plaisir de vous raconter.

Décembre à Montréal – pis Y fa’ frètt’

On est décidés, mon épouse et moi, à embarquer dans la frénésie folle et furieuse qu’est la saison des Fêtes. Et donc, quoi de plus symbolique et pratique que de commencer par l’item le plus évident – le sapin.

 Ma femme veut un sapin. Les habitués vous le diront – à Montréal, question sapin, ce n’est surtout pas le choix qui manque. Tournez la tête et voilà l’énième fournisseur prêt à vous vendre le sapin de vos rêves, ce que nous avons exploré avec engouement.

On se lance à la recherche d’un sapin.

On trouve un beau sapin.

Soit dit en passant – c’est IKEA (oui, IKEA) qui a vu la couleur de nos sous, pour des raisons bien évidentes : $25 pour un sapin qu’on peut ramener à la fin de la saison pour recyclage et remboursement. Question Karma et économie, y’a que çà de vrai.

On paie et on embarque le sapin.

Ma femme tient à monter et décorer le sapin le jour même.

J’ai besoin d’une scie pour couper la base du tronc et le niveler de façon appropriée.

Je me clarifie : je tiens à ce que çà soit S-E-C-U-R-I-T-A-I-R-E…simplement parce que y’en a un qui se sentirait très « embêté » de voir le produit final s’affaisser par manque de stabilité.

Bref – ce sont là des commentaires que j’ai cru bon de partager avec ma tendre moitié – lui expliquant que, vu l’heure avancée et l’évidente fermeture magasins de quincaillerie, que je ferais le nécessaire pour me procurer une scie « demain » – traduction : le jour suivant…le temps d’une nuit de sommeil…dans moins de 24 heures…B-I-E-N-T-O-T.

Donc – j’ai du me déplacer pour une petite emplette. Pas même une vingtaine de minutes.

De retour à la maison, je tourne la clé dans la serrure – et…

 …

 (O_O)

 …

…avec une patience digne de sa Sainteté Le Dalai Lama, je m’entends dire simplement : « …donne-moi le couteau chérie… »

Souvenez-vous : “ …Ma femme tient à monter et décorer le sapin le jour même….”

Disons simplement que je peux personnellement témoigner de la solidité et de la durabilité de notre ensemble de couteaux de cuisine reçu à l’occasion de nos noces – en particulier le couteau à pain.

Mais j’ai aussi appris autre chose ce jour-là : à chaque patiente et pénible tranchée, je me suis retrouvé un moment de révélation que je garde encore à ce jour: il n’y a rien que je ne ferais pas pour rendre et garder mon épouse heureuse. “Pour le meilleur et pour le pire” a été la promesse commune. Et c’est bel et bien la conviction qui anime des “sympathiques” moments de “bonheur” tels que celui-ci.

A travers les années que nous avons partagé dans notre vie de couple, nous avons tous les deux eu à être témoins de l’expression concrète de l’amour que nous ressentons l’un pour l’autre.

En ce qui me concerne, en tant qu’ami, copain, ou mari je n’ai jamais eu à remettre en question quelconque geste visant à contribuer au bien-être de ma femme. Cà peut paraître enfantin, je l’avoue, mais c’est l’engagement que nous avons mutuellement accepté de tenir l’un envers l’autre et ce, depuis le tout début.

Aimer demeure pour moi un acte volontaire, concret et libre de toute forme de résignation. Qu’il s’agisse d’assister à la première de Sexe à New York ou de scier un arbre avec un couteau à pain, si cela parvient un tant soit peu à la rendre heureuse, je considère avoir joué mon rôle.

Mais, rassurez-vous – je me suis tout de même acheté une scie.

Olivier Day

__________

Timoun pa mande fèt » par Olivier Day

Faites un tour sur le blogue d’Olivier, prenez le temps de regarder son magnifique portfolio et suivez-le sur les médias sociaux: Facebook Twitter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s