Haïti à travers mes yeux (1re partie) de Merlyne

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter le premier billet de deux, de Merlyne, une nouvelle blogueuse invitée. Elle est de passage sur La petite Haïti pour nous parler de son tout premier voyage en Haïti.

Montréalaise d’origine haïtienne, Merlyne, travaille comme adjointe administrative dans un bureau d’assurance. Femme aux multiples passions, elle est passionnée par le septième art, la littérature et les voyages. Un jour, elle rêve de visiter des pays de l’Asie tels que la Corée du Sud, Singapour et l’île de Bali. Parmi toutes les choses qu’elle aime, elle dit aimer par dessus tout, les bons plats de sa mère chérie qui (selon elle 🙂 ) est la meilleure cuisinière au monde.

100_0603
© Tous droits réservés.

En octobre 2013, j’ai été en Haïti pour la première fois et ce, toute seule. À prime abord, cette décision semble avoir été prise sur un coup de tête, car j’ai réservé seulement trois semaines avant mon départ, mais à bien y penser, plusieurs facteurs ont influencé ma décision de partir en Haïti. Premièrement : mes origines. Il fallait que je retourne à mes racines; pour voir de mes propres yeux ce qu’est Haïti, non pas à travers les yeux de mes parents qui sont au Québec depuis 35 ans. Non pas à travers les yeux de l’un qui ne fait que le chérir et de l’autre qui ne fait que le craindre. Ni à travers les souvenirs d’une collègue de travail québécoise de souche qui, il y a trente ans de cela, avait fait son voyage de noce en Haïti et qui m’apportait des coupures de journaux au sujet de la Perle pratiquement à chaque semaine.

IMG_4629
© Tous droits réservés.

Puisque je voulais que l’expérience se passe sans anicroche, j’ai pris soin de me préparer tel un athlète avant les Jeux olympiques. J’ai fait des recherches sur les forfaits qu’offrait Air Transat; j’ai lu des témoignages de gens qui sont allés en Haïti; j’ai lu une vingtaine d’articles en lien avec Haïti et je me suis renseignée sur les différentes activités à faire là-bas. J’ai même écrit aux organisateurs (d’ailleurs l’un d’eux m’a mentionné que j’étais la première à prendre ce genre d’initiative). Je voulais être prête, mais j’avais un léger handicap: mon créole. Malgré le fait que je comprenais lorsque ma mère s’adressait à moi en créole, j’avais tendance à lui répondre en français. En faisant des recherches, je suis tombée sur le billet «Forfaits vacances en Haïti d’Air Transat» écrit par Arcelle Apollon sur La petite Haïti. J’ai découvert que Mme. Apollon était la présidente du KEPKAA (Komite entènasyonal pou Pwomosyon kreyól ak Alfabetizasyon), une librairie communautaire qui a pour objectif de promouvoir la diffusion des littératures créoles, afro-caribéennes et afro-américaines. J’ai appris que KEPKAA offrait des cours de créole et qu’il allait y avoir des cours la semaine suivante. Je me suis dit que c’était un signe, alors je me suis inscrite au cours avec beaucoup d’enthousiasme. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que la grammaire, l’orthographe et tout le b.a.-ba du créole n’était pas aussi facile cela. Les voyelles et les consonnes sont différentes, les mots se doivent d’être prononcés d’une manière spécifique, il y a des verbes irréguliers et plusieurs autres règles. Ce fut un réapprentissage complet de A à Z. À la fin, j’en suis sortie avec un peu plus de confiance en moi.

À suivre…

Merlyne

Peace & Love

Publicités

2 commentaires sur « Haïti à travers mes yeux (1re partie) de Merlyne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s