Elle

Au début, elle semble normale, un peu trop gentille, mais ça te va. D’une beauté incroyable tu questionnes ses intentions. Tu te demandes pourquoi elle veut être ton amie, toi qui es si banale. C’est comme au secondaire quand la fille la plus populaire de l’école commence à te parler dans le cours de gym. Tu as soudainement espoir que vous allez devenir amies et qu’elle va t’inviter à ses multiples parties, mais tu finis par réaliser que votre amitié ne dure que 55 minutes à chaque jeudi après-midi, parce qu’elle n’a pas d’amis dans le cours et qu’à la cloche elle oublie systématiquement ton nom.

Elle gagne ton amitié avec sa gentillesse et son grand cœur. Amicale elle veut passer du temps avec toi. Chaque soir est rendu un «night». Coffee night, movie night, girls night, spa night. Elle t’invite partout. Généreuse, elle est constamment en train de te faire des cadeaux et des surprises. Des fois c’est vraiment trop et tu lui dis, mais elle insiste en te disant que ça lui fait plaisir.

Tranquillement les choses changent. Tu es officiellement promue. Elle te donne le titre de meilleure amie. Elle insiste beaucoup pour passer plus de temps avec toi alors que tu as déjà l’impression de passer tout ton temps avec elle. Elle s’invite chez toi à n’importe quelle heure sans préavis. Elle t’appelle en pleine nuit en crise à propos d’un homme qu’elle aime, insistant que tu es la seule personne qui peut la consoler. La seule personne en qui elle a réellement confiance. Elle t’étouffe, mais tu as pitié d’elle. Tu ne veux pas l’abandonner.

Être son amie devient de plus en plus exigeant. Envahissante, elle t’épuise moralement et psychologiquement. Elle te dit sans cesse que tu es sa seule vraie amie et qu’elle mourrait sans toi dans sa vie. Elle déteste toutes tes autres amies et essaye de te convaincre qu’elles ont une mauvaise influence sur toi ou qu’elles lui font de «l’attitude». Elle a raison. Tes autres amies ne l’aiment pas du tout. Elles la trouvent impossible et désagréable, mais ça bien sur tu ne lui dis pas. Tes amies et ta famille s’inquiètent pour toi et croient qu’elle va te faire tomber en dépression. Ils ont raison, tu vas tomber en dépression, mais ça tu ne le sais pas encore.

Soudainement, elle commence à avoir des problèmes d’argent. Au début elle t’emprunt des petits montants, rien de trop grave. Puis un jour elle t’appelle au travail pour te dire qu’elle a besoin de 350, max 400, mais que 500 serait vraiment bien. C’est pour réparer son auto et pour payer une de ses cartes de crédit. Elle te dit qu’elle est vraiment dans la merde. Que tu es la seule personne qui peut l’aider. Elle te dit qu’elle va te rembourser à sa prochaine paye, promis, juré. Parce que tu te sens liée, tu lui fais un prêt. Optimiste, tu essaies de te convaincre qu’elle va te rembourser. Les jours passent et elle se fait de plus en plus discrète. Tu ne l’entends plus aussi souvent. Ses coups de fil se font rares, tes textos restent sans réponse. Les semaines passent et tu commences à réaliser qu’elle t’évite. Facebook te dit qu’elle est encore en vie et qu’elle fait même la fête avec une certaine Nathalie #bestie. Au début, tu te dis «oh well», c’est mieux ainsi, mais quand elle te supprime comme amie sur Facebook, tu te dis que tu as peut-être fait quelque chose de mal. Ton je-m’en-foutismes et tes je-suis-mieux-sans-elle-anyways, des premiers jours, se transforment en colère, puis en peine, tout ça accompagnée d’une série de questions sans réponse. Tu ne demandes pourquoi, tu essayes de comprendre ce que tu as bien pu faire.

Tu vas passer les prochaines semaines et mois à traverser une montagne russe d’émotions. Tu vas traverser les différentes étapes du deuil, mais de façon circulaire. À toutes les fois que tu penses que tu es complètement «so over it», tu apprends des choses sur elle qui te font suer. Genre, elle et Nathalie sont allées au Mexique ou elle s’est achetée une nouvelle voiture. Ça t’enrage. Tu sombres dans une déprime. Un genre de burn out «amical». Tu te renfermes, évites tout contact avec tes autres amis et manges tes émotions. Tu prends beaucoup de poids, ce qui aide en rien ton état d’âme.

4 ans, plus tard, un 31 décembre alors que tu es en train de te maquiller pour le party de fin d’année chez Rika, quelque chose te pousse à t’arrêter et à t’asseoir devant ton ordinateur pour lui écrire un courriel d’adieux. Ton toi intérieur te parle et te dit que ça fait trop longtemps que tu portes cette histoire sur ton cœur incapable de l’efface, incapable de l’oublier. Et qu’il était grand temps que tu fasses ton deuil. Ton toi te dit de ne plus porter ce poids une année de plus et que cette fin d’année était ton moment pour passer une fois pour toute à autre chose.

Et puis la, assise devant ton écran, en soutien-gorge et en jupe, le visage à moitié maquillé, tu te mets à taper ta vie. Tu lui écris tous ce que tu as toujours voulu lui dire. Tu vides ton sac, ton cœur, ton âme. Tu lui dis tout ce qui te pesait durant toutes ces années. En quelques minutes tu lui écris un mini roman, que tu lis et relis, mainte et mainte fois avant de lui envoyer. Sans insulte, sans mauvais mot, sans jugement ni accusation. Tu lui tout, tout, tout, mais surtout tu lui dis adieux. Une fois envoyé, ce poids qui s’était installé sur tes épaules s’évapora et pour la première fois en quatre ans elle n’avait plus aucune emprise, aucun pouvoir sur toi. Ton coeur était enfin libre.

Elle prit soin de te répondre, mais ce qu’elle avait à te dire n’avait plus vraiment d’importance pour toi. Ne lui souhaitant pas de mal, tu avais juste finalement tourné la page.

Tu te jures de ne plus jamais entretenir une amitié aussi dysfonctionnelle. De faire attention à ceux que tu laisses rentrer dans ta vie autant en amitié qu’en amour.

Jessie blog

(Basée sur une vraie histoire, certains éléments ont été modifiés)

5 thoughts on “Elle

  1. l was the only girl in my house,so I always wanted to have a best friend, or an outside sister, but,some people see it has a way to take advantage of that. ones off them was a family member, ask to borrow money after I lose my house in Georgia than after act like she never borrowed money from me. Any I make the money the money did not make still going Strong.

    1. Cousine, le pire est derrière. Concentres-toi sur ton avenir les personnes qui t’ont fait du mal recevront ce mal 2 fois. Tu portes un lourd fardeau sur ton épaule, essaies de t’en libérer. XXX

  2. Quel beau texte Jessie… Je suis sans mots. Apprendre à faire son deuil, à tourner la page comme tu dis. Mais il reste toujours cette petite voix interne « pourquoi la personne a fait ça? C’est quoi son « trip » ? » Pas toujours évident de retrouver la sérénité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s